I. le bois du Rondel

trudaine

Le « bois du Rond » (alias le bois du Rondel) se trouve sur les hauteurs de « Brailly » (alias Breilly). Atlas de Trudaine pour la Généralité d’Amiens (1745-1780) – www.culture.gouv.fr

Avant le XIXème siècle, le village de Breilly n’avait probablement jamais connu sur ses terres de châteaux ou autres maisons de maître, comme le remarque Philippe Seydoux (1)voir annexe 9.1, dans son livre « Gentilhommières en Picardie. Ponthieu et Vimeu ».
L’histoire de Breilly est très liée à celle de sa voisine Picquigny et de son château. Pour retracer l’histoire du coin, on pourra se référer au site internet de Jean-Pierre Delory (2)http://jpdelory.e-monsite.com consacré à l’histoire de Picquigny, mais également à celui de André Sehet (3)voir le site internet http://sehet.andre.free.fr consacré au passé de la Chaussée-Tirancourt et à ses environs.
Le bourg de Breilly se situe dans la vallée de la Somme mais une grande partie de son territoire se trouve sur le plateau. C’est là que se trouve le bois du Rondel sur le versant Sud de la vallée entre Breilly et Ailly-sur-Somme. Des cartes du début du XIXème  (4)voir annexe 8 nous indiquent l’absence de bâtiment sur ce site boisé.
Au lendemain de la révolution, le tout nouveau cadastre nous apprend que le premier propriétaire du bois du Rondel est la veuve d’Amédée Petit, conseiller en la cour royale à Amiens. Cette dernière vend les 11 hectares de la parcelle à Louise Fougeron en 1843, qui a décidé de s’y installer.

suite...

Notes   [ + ]

1. voir annexe 9.1
2. http://jpdelory.e-monsite.com
3. voir le site internet http://sehet.andre.free.fr
4. voir annexe 8