Histoire de la ferme

Introduction

I. Bois du Rondel

II. Des châtelains à Breilly

III. Le départ des châtelains

IV. La ferme en location

V. Les Pecquet à la ferme

1850-1880: un château à Breilly

187x - croquis du chateau

Autour du milieux du XIXème siècle, le château et la ferme attenante sont construits sur les hauteurs de Breilly. Les riches propriétaires investissent dans la terre et crée une « ferme modèle » à la pointe des techniques agricoles de l’époque.
Entre 1863 et 1867, la ferme compte jusqu’à 53 étalons ! Chevaux de trait et boulonnais sont particulièrement représentés.

1880-1920: les derniers châtelains

19xx - carte postale - Chateau de Breilly - derriere

En 1882, le château brûle et tombe lentement en ruine. Les propriétaires s’installent dans le corps de ferme. La deuxième génération de châtelain sera déjà la dernière : les riches propriétaires quittent définitivement Breilly autours des années 1900.
Après une succession de locations de la ferme à des agriculteurs de la région, la propriété est définitivement vendue après la première guerre mondiale à une famille d’agriculteur de Breilly : les Pecquet s’installent à la ferme du château.

2ème guerre mondiale

1940 - au travail devant les tours

La ferme du château a été le théâtre de violents combats en juin 1940, sur le parcours des Allemands venant de la Belgique et fonçant vers Paris. Une partie des bâtiments a été détruite. Un compte-rendu des combats parle d' »énorme brasier ».
Cependant, de retour de l’évacuation, la vie à la ferme reprends.

1980 à aujourd’hui

maison vue des écuries

Les années 80 correspondent à une période de transition avec une activité réduite: les pâtures et quelques boxes sont laissés à disposition de quelques propriétaires qui s’occupent eux-mêmes de leurs chevaux.

Etienne et Gundi reprennent la ferme en 1991. Ils rénovent en profondeur la ferme, les écuries et construisent entre autres de nouveaux boxes et un manège. Ils restaurent aussi les tours des deux pigeonniers. A partir de 2020, un gîte accueille des touristes à la ferme.