VI. des breillois à la ferme

En 1924 et pour une somme de 410.00 francs, les COURIER vendent la ferme à Gabriel et Martine PECQUET, une famille d’agriculteur de Breilly, qui louaient la ferme depuis 3 ans déjà. Ils sont par ailleurs propriétaires d’une ferme dans le village, près de l’Eglise.
Gabriel, Martine et leur 5 enfants (Gabriel, Marie, Solange, Pierre et Jean) se partagent entre les deux fermes.
Pierre reste dans la ferme du village, où il vivra jusqu’à la fin de ses jours, en 2003.
Gabriel, Marie et Solange vivent à la ferme du château jusqu’aux années 1980, sans avoir de descendance.

la seconde guerre mondiale

La ferme a été le théâtre de violents combats le 5 juin 1940 lors de l’invasion des allemands. De nombreux bâtiments sont détruits comme en témoigne le compte-rendu très détaillé des combats dressé par le sous-lieutenant Claude CHAPELAIN annexe 10.3. A la fin des combat, le sous-lieutenant parle de la ferme comme d’un « grand brasier ».

évacuation

De nombreux habitants du Nord de Paris fuient les combats et partent vers le Sud se mettent à l’abris. C’est ainsi que les PECQUET quittent la ferme le 20 mai 1940 pour revenir le 4 Août suivant. Ils n’ont laissé la ferme que pour 2 mois et demi.
Un berger serait resté sur place (?). 

le plan rouge, « Fall rot »

60eme-ri-plan-des-combatsAu cours de la Bliztkrieg menée par les Allemands sur la Belgique et la France, en passant par les Ardennes, des combats ont eu lieu fin mai et début juin 1940 à l’Ouest d’Amiens.
Le 60ème Régiment d’Infanterie est en charge de résister sur un font de 10 km environs à l’Ouest d’Amiens. Un compte-rendu des opérations, sous le point de vue du 60ème R.I., relate les combats qui ont eu lieu entre le 26 mai et le 20 juin, à l’Ouest d’Amiens.
On se souviendra qu’ils ont résisté héroïquement pendant 48 heures, comme en atteste la citation du général WEYGAND, le 2 Septembre 1940.

après-guerre

Après les combats de mai 1940, il faut reconstruire la ferme et mener un longue procédure administrative pour toucher les indemnités des dommages de guerre, comme en témoigne les nombreuses correspondances avec l’administration.
Le grand hangar en face de l’habitation principale représente le nouveau visage de la ferme d’après-guerre, de nombreux bâtiments restant en ruine faute de moyens.

la 2ème génération de Pecquet

1940 - au travail devant les toursAprès guerre, autour de 1953, Jean PECQUET reprends les reines de la ferme. Du mariage de Jean avec Marie-Thérèse THOREZ naissent 8 enfants qui grandissent à la ferme. Les six premiers voient le jour dans la ferme du village entre 1945 et 1951, les deux derniers à la  ferme du château.
Jean décède accidentellement en 1976 et Marie-Thérèse quitte Breilly quelques années plus tard.

Au cours des années 1980, la ferme est alors habitée par quelques membres de la famille, mais elle n’est plus vraiment exploitée. Seuls quelques chevaux sont laissés en herbage dans les prairies entourant la ferme.

pension pour chevaux

Etienne PECQUET, fils de Jean et Marie-Thérèse, hérite de la ferme. Il s’y installe en 1991 avec son épouse Gundi SCHNEIDER et leurs 3 enfants. La pension pour chevaux se développent avec la rénovation des boxes et la création de nouvelles pâtures. D’une dizaine de bêtes en herbage au début des années 90, la pension compte dans les années 2000 environs une trentaines de chevaux.

suite...